Ambre d’Alexandrie, le voyage égyptien de Boucheron

Ambre d’Alexandrie, le voyage égyptien de Boucheron
Ambre d’Alexandrie, le voyage égyptien de Boucheron

Frédéric Boucheron a toujours été passionné par les pierres précieuses. Ainsi, de cette passion est née l’une des plus belles joailleries de la planète. Ce créateur avait noué des contacts aux quatre coins du globe pour lui trouver des pierres précieuses d’exception, les plus rares et les plus exceptionnelles qui soient. Pour lui, chacun de ses bijoux devait posséder une beauté inqualifiable tout en dégageant une force et une esthétique particulière. Aussi, comme pour rendre hommage à ses chasseurs de pierres, l’enseigne a décidé d’élaborer une collection de parfums. Ambre d’Alexandrie est l’un d’entre eux.

Alexandrie, la splendeur de l’Égypte dans un parfum

Ambre d’Alexandrie est un jus qui nous entraîne au coeur d’une immense ville égyptienne. Celle-ci possède une part d’intemporalité compte tenu de sa date de création. En effet, cette cité méditerranéenne fut fondée par Alexandre le Grand en -331 avant Jésus-Christ. Son aspect antique est absolument fascinant. Qui plus est, Alexandrie rassemble de nombreuses sculptures. À la fois moderne et grouillante de population, elle a su conserver le témoignage de son histoire. C’est donc cette part d’intemporalité que l’on retrouve dans le parfum Ambre d’Alexandrie. Qui plus est, à l’image de ce lieu, celui-ci est gorgé de soleil et de la culture orientale.

La recette orientale et liquoreuse d’Ambre d’Alexandrie

Ambre d’Alexandrie est un parfum qui puise sa source dans un Orient précieux et intemporel. Il possède une douceur veloutée et une touche animale à la fois complexe et très sensuelle. Sa recette a été confectionnée par le parfumeur Jean-Christophe Hérault. Celle-ci débute par un assemblage intrigant de tabac et de vanille, encore enveloppé par la douceur du benjoin. Puis, l’ambre et le labdanum viennent envelopper son cœur d’un aspect floral et animal. Finalement, la sensualité prend le dessus et Ambre d’Alexandrie s’achève par un souffle charnel d’ambre et de musc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *