Sauvage, la virilité à son apogée

Sauvage, la virilité à son apogée
Sauvage, la virilité à son apogée

C’est en 1947 que Christian Dior fonde sa maison de couture du même nom. C’est également pendant cette année qu’il sortira son premier parfum « Miss Dior », une fragrance dédiée à sa sœur Catherine. Dès l’année suivante, Christian Dior part à la conquête des États-Unis en ouvrant une boutique à New York. Son style est novateur, élégant et ses vêtements sont faciles à porter. L’ascension du couturier s’arrête brutalement à la mort de Christian Dior en 1957. C’est le jeune Yves Saint Laurent qui prend alors la direction de la marque. En 1966, Dior présente « Eau Sauvage », une eau ultra masculine. Revisitée à plusieurs reprises jusqu’en 2015, où elle deviendra « Sauvage ».

À la conquête de l’instinct sauvage

L’histoire de « Sauvage » commence en 1966, première fragrance masculine de la marque. Alors appelée « Eau sauvage », cette dernière fait l’effet d’une bombe dans le monde de la parfumerie. Audacieuse et ultra sensuelle, « Eau sauvage » représente l’homme qui prend soin de lui. « Eau sauvage » apparait alors comme la fragrance d’une nouvelle liberté. Bien entendu, l’implication d’Alain Delon n’est pas étrangère à son succès… Après de nombreuses réinterprétations, Dior décide d’un autre changement en modifiant quelque peu son nom et devient « Sauvage ». Son nom exprime une virilité immédiate, à laquelle on ne peut résister. François Demachy, le parfumeur qui a imaginé « Sauvage » le définit entre brutalité et noblesse. Sa fragrance est à la fois « sauvage, classique et élégante ». « Sauvage » est semblable à un voyage initiatique, car il renoue avec l’instinct primaire des hommes. « Sauvage » nous invite à nous mettre à nu, et de se guider vers la quête de soi. « Sauvage » est le parfum des hommes raffinés, instinctifs et puissants.

Les notes très masculines de Sauvage

C’est le nez François Demachy qui a imaginé « Sauvage », ainsi qu’« Eau sauvage ». Il nous offre une fragrance inédite, entre fraicheur et noblesse. « Sauvage » débute par les notes ultras fraiches de la bergamote de Calabre. Celles-ci sont néanmoins contrastées par le poivre de Sichuan ou encore les baies de rose. Le cœur de « Sauvage » allie l’ambroxan à des tonalités marines et ambrées. Le fond est très viril et sensuel grâce à la présence du vétiver, de la lavande et du patchouli. Le flacon est très contemporain et affiche un look épuré. Son style fait parfaitement écho à celui de la maison Dior. Son verre est lourd et synonyme de raffinement. Sa facette, quant à elle, semble sombre et représentative de la nuit. Dans un souci du détail, le flacon de « Sauvage » est recouvert d’une fine couche d’argent pulvérisée sur ses parois. Cela lui confère un effet miroir très fascinant. Pour la nouvelle Eau de toilette, c’est le charismatique Johnny Deep, aussi élégant et masculin qu’Alain Delon, qui est l’égérie de « Sauvage ». Si l’on peut reconnaitre une qualité à la maison Dior, c’est qu’elle sait merveilleusement bien choisir ces égéries masculines.

Lorsque « l’Eau sauvage » devient « Sauvage », l’essence devient plus virile et atteint ainsi son apogée. La composition est à l’image d’un homme en quête de puissance et de détermination. Une essence ultra masculine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *